parcours

Formée aux Arts-Décoratifs de Genève en spécialisation joaillerie, Florence Croisier s’est orientée vers la création dans un style sculptural et épuré.
Depuis 2007, son travail s’est développé presque exclusivement à partir du fil de titane. Le fil est devenu un élément structurant, un crayon avec lequel elle dessine. Maniant hasard et répétition, elle s’inspire de formes naturelles — une cascade Islandaise — ou crée des compositions abstraites potentiellement en mouvements, à l’image des flux. 

En 2013 elle est invitée à participer à LOOT au MAD Museum de New-York. Cette même année elle est l’artiste à l’affiche du salon Joya de Barcelone et sa cascade Dynjandi est exposée au MAD de Paris. En 2014 la galerie C.A.J. en collaboration avec l’Institut Français au Japon, l’invite pour une exposition en duo avec Miho Nokadans le cadre de La Nuit Blanche Kyotoîte. 

Son travail prend une direction de plus en plus aérienne, à travers des pièces uniques de grand format suspendues, des mobiles comme pour le travail en collaboration avec l’artiste japonais Takeshi Nishimura en 2018-2019 ou pour l’exposition « l’écriture des mondes » à Agde en 2019.  Changer d’échelle invite aussi à modifier certains automatismes induits par la réalisation répétitive de modèles, Une redéfinition depuis la conception jusqu’à la réalisation amenant à explorer d’autres matériaux et techniques.

C’est dans cet état d’esprit que la résidence de Lyon s’inscrit en ce début d’année 2020 avec une promesse de renouveau.