parcours

Formée aux Arts-Décoratifs de Genève en spécialisation joaillerie, Florence Croisier s’est orientée vers la création de sa propre collection dans un style épuré. 
Son approche du bijou a un esprit sculptural. Son matériau de prédilection est le titane, il offre une gamme de couleurs subtiles par traitement anodique, ce qui crée un contraste intéressant associé aux métaux précieux.

Depuis plusieurs années son travail est vendu dans les boutiques de musées et dans les galeries de bijoux en France et à l’étranger. En 2013 elle a été invitée à participer à LOOT 2013 au MAD Museum de New-York.

Depuis 2007, elle a développé son travail presque exclusivement à partir du fil de titane. Le fil est devenu un élément structurant, un crayon avec lequel elle dessine. Maniant hasard et répétition, elle s’inspire de formes naturelles — une cascade Islandaise — ou crée des compositions abstraites potentiellement en mouvements, à l’image des flux. Ses parures sont conçues pour être modifiées par les mouvements du corps. Son travail prend une direction de plus en plus artistique, à travers des pièces uniques de grand format, dont la fonction de parer reste l’intention majeure, mais nous demande d’appréhender la parure comme une pièce sculpturale. Cette nouvelle orientation a donné lieu à l’utilisation de la vidéo pour  permettre une meilleure compréhension de l’œuvre. (vidéo par Manon Pénicaud et Roman Deroubaix / 2013, projetée conjointement à l’exposition de la parure « Dinjandi 1″)

Cette nouvelle approche lui a permis d’être exposée récemment au Musée des Arts Décoratifs de Paris, au salon international Joya de Barcelone dont elle était l’artiste invitée en 2013 et  à la galerie C.A.J. dans le cadre de la Nuit Blanche de Kyoto 2014 organisée par l’institut français au Japon.